J’ai prié à l’Université de Buea

Je suis à l’Université de Buea (UB) un samedi matin pour une rencontre avec un de mes collègues qui, comme moi, est traducteur/interprète. Je suis arrivé bien avant l’heure et, à ma grande surprise, l’UB est incroyablement vide et silencieuse. Il est vrai que je ne suis pas un visiteur régulier de l’UB, mais les quelques fois que je suis venu ici, j’ai toujours été accueilli par une ruche d’activités estudiantines. Ce matin est différent. Nous sommes samedi et il n’y a presque personne. Il a plu la nuit dernière et l’air est limpide, rafraîchissant et inodore ; quel contraste frappant avec l’air vicié que je respire chaque matin en traversant certains de nos quartiers à Douala pour me rendre au travail ; sans parler de l’air empesté par les cheminées industrielles que je respire toute la journée depuis mon bureau.

Depuis qu’il a plu la nuit dernière à Buea, les pelouses bien entretenues de l’UB sont joliment vertes. Des feuilles des arbres, l’eau de pluie tombe comme des larmes sur la pelouse. Les pluies ont purgé l’air de la poussière et le vent frais, descendant du flanc du majestueux Fako qui domine, caresse doucement les lobes de mes oreilles. Les arbres se balancent doucement au gré du vent tandis que les oiseaux du ciel, bruyants dans leurs disputes, se posent et décollent de leurs branches. En les regardant, je pense à la parabole biblique de la graine de moutarde, la plus petite de toutes les graines, qui produit des arbres immenses dans les branches desquels les oiseaux du ciel construisent leurs nids.

UB, je te salue. Tu es si silencieuse que je peux capter haut et fort le bruit des pieds des quelques personnes que je vois marcher à plusieurs mètres de moi. Les voix d’un homme et d’une femme à une certaine distance arrivent à mes oreilles avec une clarté incroyable. Après qu’ils aient disparu au coin de la rue, le silence descend à nouveau, comme un manteau, autour d’UB.   Je suis seul, et je n’entends que le doux bruit de mes pas sur le trottoir.

UB, ton silence invite à la prière et je ne peux m’empêcher de sortir mon chapelet de ma poche. C’est le temps du Carême, une période où mon âme accompagne mon Seigneur dans le désert et l’écoute alors qu’il rejette l’invitation de Satan à changer les pierres en pains. “Loin de moi, Satan, car l’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de mon Dieu.” J’écoute mon Seigneur refuser de faire un plongeon sans but et totalement inutile du sommet de la plus haute montagne, sur l’ordre de Satan, juste pour prouver qu’il est le Fils de Dieu, juste pour que Dieu puisse envoyer ses anges pour amortir sa chute afin que son pied ne heurte pas une pierre. Encore une fois, j’entends mon Seigneur rejeter l’invitation de Satan à se prosterner à terre et à l’adorer [Satan] pour qu’il lui donne tous les royaumes de ce monde. “Ne tente pas le Seigneur, ton Dieu, Satan !”

Oui, UB, ton environnement calme et incroyablement propre m’invite à faire un examen de conscience pour voir si moi aussi j’ai bien repoussé les tentations de Satan. Mon chapelet glisse doucement entre mon pouce et mon index tandis que je déambule dans tes rues vides, de la Faculté des Lettres au bâtiment administratif et retour, tout seul, l’air doux caressant mon cou et mes bras exposés.

UB, n’est-il pas étrange que tout ce tapis de vert, qui recouvre tes pelouses, recouvre également un volcan de colère qui entre si souvent en éruption et transforme ton doux terrain sur lequel je marche en un champ de bataille de haine et de violence ?  N’est-il pas triste, UB, que sous tes terrains en pente se cachent des forces de violence inexplicable, souvent insensées dans leur intensité destructrice ?

UB, je prie pour toi. Je te remercie de m’offrir un environnement calme qui me permet de communier avec Dieu alors que je cherche à me nourrir pour mon voyage de quarante jours vers Pâques, le jour où mon Seigneur a vaincu la mort – non seulement la sienne, mais aussi la mienne. Merci, UB, pour tes rues vides, pour tes pelouses vertes, propres et bien entretenues. Merci pour tes arbres qui se balancent doucement d’avant en arrière au gré du vent. Merci de fournir une maison dans leurs branches pour que les oiseaux du ciel puissent y résider. Comme j’aimerais être l’un de ces oiseaux, car ils n’ont pas à s’inquiéter de ce qu’ils vont manger, boire ou porter, car Dieu, notre Père, dans sa générosité sans limite, leur donne le plus beau plumage qui soit et toute la nourriture dont ils ont besoin, de sorte qu’ils n’ont jamais faim. Merci, UB, pour les belles fleurs qui t’entourent, car même le roi Salomon, dans toute la splendeur de son apparat, ne pourrait jamais égaler la beauté de ces fleurs dont Dieu, dans son inexplicable magnanimité, a orné gratuitement ta poitrine.

UB, tu es vêtue d’une beauté captivante. Tu t’enveloppes élégamment de ta verdure comme d’un vêtement, et tes arbres verts s’inclinent et se lèvent avec le vent en t’adorant.  Alors, UB, pourquoi ces gémissements et ces grognements de haine qui jaillissent si souvent du plus profond de toi avec une telle violence explosive ? Je ne le comprends pas, UB.

Je prie ce chapelet pour tes dirigeants. Que Dieu leur donne la sagesse dont ils ont tant besoin pour prendre soin de tout ce que je vois autour de moi : ces bâtiments, les pelouses, les arbres et, plus particulièrement, les personnes qui travaillent ici et les étudiants que nous leur envoyons pour qu’ils deviennent des citoyens responsables de notre cher pays. Je prie pour ton personnel enseignant, UB ; qu’il n’enseigne que la vérité car seule la vérité nous libère tous.  Je prie pour tes étudiants, nos enfants, qu’ils s’abstiennent des tentations faciles du petit malin, qui pourrait les attirer vers des poursuites autres que celles pour lesquelles ils sont venus à toi. Qu’ils évitent toute forme de violence et s’inclinent uniquement devant l’appel de notre Seigneur à la paix, à l’amour du prochain et au respect de ses biens.

UB, je fais ma prière par nul autre que Jésus-Christ, notre Seigneur, lui qui vit et règne avec le Père, dans l’unité du Saint-Esprit, un seul Dieu pour les siècles des siècles. Amen.

 

 

 

 

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Site Footer